Choix des lecteurs Vues

  • HDSlb.film-streaming.com
  • HDSlb.film-streaming.com

Google Game of Thrones streaming vf hd: 8x5

Game of Thrones saison 8 episode 5 - Les cloches

There was a moment in the middle of “The Bells” – when Daenerys heard the innocents of King’s Landing scream in surrender and inexplicably choose to burn them all anyway – when I thought, “Do I hate Game of Thrones now? ” (The short answer is no, but we will come to it.)

But the decision seemed so little deserved, so far from the left field, that I fully understand why Emilia Clarke said that the last scenes of Daenerys of the series “f-ed me up ….. Know that it’s okay to be a lasting flavor in someone’s mouth of what Daenerys is … “

We still do not know how the show will end its story in next week’s finale, but it seems unlikely there is a way to redeem it now; she became exactly the kind of monster she saw Cersei. And while there is something poetic about this trajectory on paper, in execution, it’s like betrayal – not because it’s impossible to imagine that Daenerys would lose his head or the sense of perspective after suffering the immense loss and betrayal she has endured this season (the show certainly left the possibility of following her father’s footsteps from the beginning, so is not unusual for her) but because the writers have hastily moved the last four episodes to full steam this tragedy. I have the impression that someone fell at random and fell on the big red “Mad Queen” button, making Dany an irrational psychopath in the last half of the penultimate episode, just because the Intrigue required him for the last fight.

This is not the impression that the Daenerys we have seen suffer, evolve and struggle over the past eight years – someone who has lived in fear of becoming the kind of leader that his father was; who has been treated as a pawn in a larger game and has seen his agency stripped down by people in positions of power for most of his life. In “Battle of the Bastards” of Season 6, after Tyrion told him exactly why Jaime had killed the “Mad King” (for threatening to do exactly what Daenerys ended up doing in this episode, as if by chance) Daenerys made an exciting statement: “Our fathers were evil men, all of us here, they left the world worse than they found it.

Apparently not.

Yes, she always had the ability to be ruthless and cold when she was threatened, to act ruthlessly when her enemies opposed her, but she never used her ambition to oppress the innocent, or those who are too powerless to fight back. She thinks she’s the chainbreaker, not the children’s smoker. But all of a sudden, she became the mad queen, killing civilians and burning the city, despite her earlier insistence that she did not intend to be “queen of ashes”. (I loved the fact that the show realized its vision of a decimated red dungeon with ashes instead of snow, as some of us had predicted, and the fact that his campfire triggered some of the forest fire caches his father had planted around King’s Landing at the time, making a complete tour of the entire Targaryen arc. And thank God, she finally learned something from the Battle of Winterfell and Rhaegal’s death and started using Drogon tactically.)

In the interview with David Benioff and Dan Weiss, Inside the Episode, in which they explain why Daenerys made the disconcerting choice to destroy King’s Landing, Weiss gave the poor justification that “she sees the red dungeon, which is, for she’s the home that her family built when they first came to this country 300 years ago, and that’s when she’s looking at the symbol of all that’s on the walls of Kings Landing. when it makes the decision to make it personal. ” But the city has already visited. Nobody threatened his supremacy or contested his conquest. She had already won.

Of course, I can buy that she wanted to make it a personal matter and take revenge for Cersei for breaking their alliance and killing Missandei – but she could have stolen directly from the red dungeon, burning Cersei and the men who were most loyal to him , and go out as a hero (albeit a little terrifying) for the people of King’s Landing. Basically, there are no citizens of King’s Landing, and why should the rest of Westeros bend the knee to someone who is quite willing to treat his subjects as kindling when he passes a bad day ?

(It’s interesting to note that in the segment Inside the Episode of “Battle of the Bastards”, Weiss said that even though Daenerys has a merciless ruthless natural Targaryen, “She’s not her father, she’s not crazy , and she’s not a sadist. “What a difference two years make a difference.)

The difficulty of the last two seasons in particular (between George RR Martin’s books and the Showrunners’ insistence on shortening the two seasons to give us 13 episodes to finish the story instead of 20) is that we have not had the opportunity to just sit with the characters and learn how they feel or what motivates them.

Remember the good old days of Seasons 1 and 2, when Benioff and Weiss invented scenes that were not in Martin’s books – such as the incredibly revealing conversation of Robert and Cersei about their doomed relationship, and the story of Arya in Harrenhal with Tywin Lannister? They did not advance the plot in any obvious way, but they served as a vital context for the decisions made by our characters – their ambitions and insecurities, their hopes and fears.

By compressing these last two seasons (something that was entirely the responsibility of Benioff and Weiss and not HBO, for what it’s worth), we lost that emotional support in the race to reach the next big showpiece or the next turning point . In fact, Benioff and Weiss seem to have deliberately kept the audience at bay during the past two seasons in favor of pulling out the rug, so we would be just as surprised as Littlefinger when Arya and Sansa revealed that their conflict had been a elaborate trick to trap us (and him).

In theory, some small narrative errors can be satisfying, but when writers insist that he is a blood relative of the woman he is in love with, while Jon does not stop kissing him and has never said that an incestuous relationship with his aunt bothering him on the screen aloud, it looks less like a clever plot and more like a narrative corner of the street. And so Daenerys insists: “Mercy is our strength, our mercy to future generations who will never again be held hostage by a tyrant”, then cremates anyone capable of creating a future generation, because it is too much busy being a tyrant.

But there’s one thing I’ve been confronted with this season in particular, as a reader of George RR Martin’s books, who is forced to delve into fan theories and crazy speculations in my work. is the wait against reality. (My colleague Terri Schwartz spoke eloquently about the same question after being disappointed by “The Long Night”.) Although I think Daenerys’ sudden decision to give up all her morals is sloppy, hasty and potentially ruinous, according to the the course of the final, those responsible for this program since 72 episodes believe that it is perfectly valid and justifiable.

And given the split reactions for “The Long Night” and “The Last of the Starks”, this season, more than any other, we feel completely dependent on what each of us has invested in this show, what aspects we enjoy the most (battles against characters’ moments in particular), and for whom we are rooted in order to finish on top. I’m sure there will be a multitude of viewers waiting for Daenerys to lose it and burn the world, and this episode probably played as the best episode of the series for them.

But in the same way that Season 2 of Westworld seemed to me to be a predictable disappointment after months of rampant speculation and obsessive dissection of all possible theories about fans, Easter eggs and clues, I must accept that Game of Thrones will probably happen in a much more predictable way than I would have liked. The writing has been so heavily telegraphing Daenerys’s heel round this season (but only by having other characters worry about it behind his back, rather than giving us a glimpse of his actual mental state) that I was certain that they were putting in place a delightful eleventh twist of the last minute that would see Dany subverting everyone’s expectations and perhaps even sacrificing himself for the greater good.

J’ai essayé de ne pas marquer les épisodes de cette saison selon que je suis d’accord ou non avec les décisions des personnages, parce que c’est tellement subjectif ; et pour cette raison, je classe cet épisode assez haut – même si je viens de passer 1000 mots pour expliquer pourquoi je ne suis pas du tout d’accord avec lui – avec l’immense réserve que toute partition que je pourrais donner à cet épisode (ou tout épisode après “A Knight of the Seven Kingdoms”, que j’ai honnêtement trouvé presque parfait) me semble complètement arbitraire à ce point, et je préfère simplement tirer un nombre aléatoire d’un chapeau que tenter moi-même de trouver un. Donc si vous n’êtes pas d’accord avec le fait que l’épisode soit un 8, rassurez-vous, je ne suis pas satisfait non plus. Pensez à un 5 si ça vous convient mieux !

Il y a des parties de “The Bells” qui ressemblent à un 10 facile, et des parties qui ressemblent à un 4 ou à un 5, et je ressentais la même chose pour “The Long Night” et “The Last of the Starks”. Certains de ces personnages prennent des décisions qui me semblent complètement incompréhensibles, mais il est clair qu’ils travaillent pour une grande partie du public, des Showrunners, des acteurs et de l’équipe qui ont participé à la série depuis le début, et leurs opinions sont tout aussi valables que les tiennes et les miennes. Et même si je me plains des raccourcis narratifs et des voyages rapides et que je trouve frustrant que l’émission ait l’impression de sprinter à la fin d’un marathon alors qu’elle pourrait tout aussi bien prendre son temps, même au pire, Game of Thrones est toujours meilleure que 90% des autres émissions de télévision en ce qui concerne son ambition et le temps et le soin investis dans ces personnages. J’étais tout à fait prêt à donner à chaque épisode de cette saison une note de 10 sur 10, en fonction des possibilités qui s’offrent à moi, et cela me brise un peu le cœur que je ne ressens pas le niveau de crainte ou de satisfaction que j’attendais. Mais encore une fois, c’est de ma faute.

(Rétrospectivement, j’avoue que j’ai été beaucoup trop impressionné par la tension et le spectacle de “The Long Night” – et par cette fin brutale – quand je l’ai d’abord noté à 9,5 ; si j’avais dû le classer maintenant, il aurait été un 7, entre les artifices du scénario et le fait que vous ne puissiez en voir la moitié – mais c’est le mauvais côté à réagir au récit long en un instant, plutôt que le fait de disposer du temps pour analyser chaque épisode à nouveau ou deux).

Il est tout à fait possible qu’en jetant un coup d’œil sur l’ensemble de cette saison, nous nous sentions cohésifs et gagnants, mais en perdant les moments plus calmes d’interaction des personnages, nous perdons le cœur battant de Game of Thrones, qui a toujours été sur les relations entre ces héros faillibles et défectueux, tellement plus que des scènes d’action spectaculaire. Bien sûr, si nous avions vu Jon et Bran dire à Arya et Sansa la vérité sur la lignée de Jon, nous aurions entendu des informations répétées, mais nous aurions aussi pu voir exactement comment cette nouvelle bouleversante pour la famille a affecté les sœurs de Jon – l’ont-elles rassuré qu’elles l’aimaient toujours malgré son sang Targaryen ? Ont-ils exprimé leur sympathie pour le fait qu’il se soit senti trahi par Ned toutes ces années ? Est-ce que Sansa a immédiatement commencé à comploter sur la façon de saper Daenerys, ou est-ce que cela l’a forcée à regarder Jon sous un nouveau jour ? Nous ne le saurons jamais, parce que les auteurs ont décidé qu’il serait plus satisfaisant que Sansa lâche la bombe sur Tyrion à la place, et nous voler la réaction d’Arya.

Cersei Lannister a sans doute eu la trajectoire la plus frustrante de toutes. C’est comme si elle avait eu un grand total de 20 lignes cette saison, et bien que Lena Headey ait toujours été douée pour transmettre des multitudes avec un simple ricanement de ses lèvres ou un rétrécissement de ses yeux, Cersei était un personnage que nous connaissions intimement – comme elle était désespérée pour protéger sa famille, comme elle se dépréciait et sous-estimée par chaque homme dans sa vie sauf Jaime, de son mari à son père et ses fils ; comme elle était beaucoup plus stratégique que la plupart des personnes au pouvoir. Nous n’étions peut-être pas d’accord avec ses décisions, mais ses motivations étaient toujours claires. Cette saison, nous ne savions pas vraiment pourquoi il était si important pour elle de garder le trône, si ce n’est qu’elle était enceinte (ce que beaucoup de gens croyaient être un mensonge). Headey a magnifiquement démontré le dégoût de Cersei chaque fois qu’Euron Greyjoy l’a touchée, mais pour un personnage qui a déjà été si franc, elle a été rendue pratiquement muette dans ses trois derniers épisodes, ce qui semble être un grand tort à un personnage aussi complexe.

Pourtant, la mort de Cersei dans les bras de Jaime était une fin appropriée pour elle (et même si je ne suis pas d’accord avec le choix autodestructeur de Jaime, c’est un peu plus logique que celui de Daenerys), et à certains égards, c’est la seule mort logique pour les jumelles Lannister, vu où elles ont commencé. C’était une ruine de la propre fabrication de Cersei, une ruine qui aurait facilement pu être évitée si elle s’était concentrée sur ce qui était vraiment important pour elle – l’héritage de sa famille – plutôt que d’essayer de s’accrocher au pouvoir à tout prix. Et Jaime a pu réaliser son propre désir, celui de mourir “dans les bras de la femme que j’aime” (même si cela a subverti la prophétie Valonqar des livres, qui, pour être juste, a été clairement exclue du spectacle volontairement).

Et on a enfin Cleganebowl ! Le choix d’intercaler entre le combat du Hound et le vol d’Arya fut un choix puissant et efficace, et voir la montagne tenter de faire éclater la tête de son frère, à la manière d’Oberyn Martell, fut inopinément panique, mais contrairement au twist de Dany, le résultat final était inévitable et gagné ici. C’était déchirant de voir Sandor plonger volontairement dans une fosse de feu juste pour éteindre son frère maléfique, mais comme le dit le vieil adage : “Avant d’entreprendre un voyage de vengeance, creuse deux tombes”.

Mais le moment où Daenerys a commencé à tout brûler, c’est en voyant l’horreur de Jon quand ses hommes et les Dothraki ont commencé à tourner leurs lames sur les habitants de King’s Landing après leur reddition, suivi par la course déchirante d’Arya à travers la ville pour tenter de sauver autant de gens que possible pendant que tout s’effondrait et explosait autour d’elle.

Certains diront peut-être que la décision d’Arya d’abandonner sa quête de vengeance semblait aussi brusque que l’effondrement littéral de Daenerys, mais pour moi, c’était le signe que la vengeance est finalement futile, ce qu’elle a probablement réalisé après avoir tué le roi de la nuit, quand elle a admis que ça ne lui faisait pas plaisir de le tuer, mais ça faisait plus que mourir. Comme l’a fait remarquer The Hound, Cersei mourrait probablement d’une manière ou d’une autre dans l’attaque de Dany, mais il n’y avait aucune raison pour Arya de gâcher sa vie pour se venger – cela n’a pas apporté sa joie, sa paix ou sa fin depuis la mort de Ned, après tout. Mais en sauvant des vies et en aidant ceux qui ne pouvaient pas s’aider eux-mêmes, elle a pu utiliser ses compétences pour quelque chose de bien au lieu de quelque chose de destructeur pour la première fois depuis des années, et c’est exactement ce dont le monde aura besoin quand tous ces futurs monarques auront cessé de se battre entre eux.

Et aussi déçu que je sois que le spectacle semble vraiment faire de Jon le dernier homme debout, malgré le fait qu’il vérifie toutes les cases ” voyage du héros ” qu’il semblait initialement vouloir subvertir, il était émouvant de le voir réaliser que les hommes à ses côtés dans ” The Long Night ” ne sont pas meilleurs (en fait, pire) que les Lannisters de l’autre côté. On pourrait penser qu’il aurait déjà appris que les gens sont trop impatients de suivre leurs pires pulsions quand personne ne s’occupe d’eux, après ce qui s’est passé avec la Garde de nuit, mais c’est quand même un moment glacial et purgatif.

Miguel Sapochnik a toujours été l’un des réalisateurs les plus doués sur grand ou petit écran lorsqu’il s’agit de capturer l’immédiateté et la claustrophobie de la bataille, et plus encore que le chaos et le carnage de la bataille de Winterfell, la bataille de King’s Landing a été tout aussi spectaculaire et puissante que la distribution nous l’avait promis (en partie parce que cette fois on pouvait réellement la voir).

Alors que “The Long Night” nous montrait une armée en surnombre et en surnombre, mais qui avait néanmoins choisi de se battre, la véritable horreur de “The Bells” était que ces victimes étaient des civils innocents – des gens qui n’ont aucun rôle à jouer dans le jeu des trônes, et qui se fichent probablement de porter la couronne tant qu’ils peuvent encore nourrir leur famille et garder un toit sur leur tête. C’est la représentation la plus réaliste de la guerre que l’émission nous ait jamais donnée, semblant évoquer délibérément certaines des images horribles que nous avons vues au Moyen-Orient et encore plus près de chez nous ces dernières années – avec des civils couverts de cendres couvertes de sang, cherchant désespérément des êtres chers.

Que vous soyez d’accord ou non avec certains des choix des personnages, la destruction de King’s Landing est au cœur de ce que George R. R. Martin semblait explorer lorsqu’il a commencé à écrire A Song of Ice and Fire – que même si vous gagnez une guerre, vous perdez quand même et que ceux qui souffrent le plus sont généralement ceux qui ont le moins de pouvoir. Si Game of Thrones nous laisse ce message nihiliste (mais finalement honnête) dans le finale, tout n’aura pas été pour rien, même si les événements de cet avant-dernier épisode semblent garantir que l’épisode final sera divisible.

Honnêtement, je ne sais toujours pas ce que je pense de “The Bells”, et il est presque impossible de rendre un verdict sans voir comment cette histoire se termine dans la série finale. Bien que la décision de Daenerys de brûler King’s Landing au sol me semble être un virage brusque et non mérité, le spectacle a sans doute préparé le terrain pour cette histoire depuis le tout début. Ce que vous en pensez dépend probablement de ce que vous pensez de Daenerys en tant que personnage (et de ce que vous pensez de Jon Snow, que les Showrunners trouvent clairement beaucoup plus intéressant que moi). Mais quelles que soient les décisions des personnages, “The Bells” est l’un des épisodes les plus artistiques, poétiques et bouleversants de l’histoire de Game of Thrones, while the real cost of war strikes at home in a devastating and visceral way, with defenseless civilians caught between two fires, and honorable people forced to see the ugliness of humanity when law and order is forget it.

 

May. 12, 2019

laissez un commentaire

prénom *
Ajouter un nom d'affichage
Email *
Votre adresse email ne sera pas publiée
Site Internet